Course en montagne ou trail ?

Nombreuses sont les fois où j’ai pu entendre : “ah oui tu fais du trail quoi !” Et nombreuses sont les fois où je n’ai pas voulu rentrer dans des explications laissant mon interlocuteur penser que je faisais vraiment du trail. Et pourtant, la course en montagne est une discipline bien distincte de l’athlétisme…

format court, pentes raides

Mais alors, quelle est la différence entre la course en montagne et le trail ? Première chose vous ne verrez jamais dire un coureur en montagne qu’il fait du trail. A moins qu’il n’ait pas envie de se lancer dans de longues explications. En effet, la tendance actuelle laisse montrer que les athlètes veulent prouver que la course en montagne est une discipline bien différente du trail. Différente, mais pourquoi ? Il existe seulement deux formats en course en montagne. Le format pour les U18-U20 et le format pour les espoirs et séniors. Pour les premiers cités, le parcours fera systématiquement entre 5 et 7km avec un dénivelé positif entre 300 et 400m. Au menu pour les plus âgés, entre 12 et 15km pour 500 à 700m de dénivelé positif. Qu’en est-il des distances pour le trail. Il existe des sous-catégories dans cette discipline. Les trails courts font entre 20 et 40km. Les trails longs font entre 40 et 80km. Au-delà de 80km, nous parlerons d’ultra-trail ! L’élévation de la pente est beaucoup moins importante en trail. Quand les traileurs peuvent s’aider des bâtons, les montagnards, eux, en ont l’interdiction.

3 disciplines, une fédération

Au-delà de leurs différences, le trail et la course en montagne sont liés par une notion très importante. Ces deux disciplines font parties de la même fédération : la fédération française d’athlétisme. De ce fait, chaque année sont décernés les titres de champions de France de trail en mai et de course en montagne en juin. Comme vous l’aurez compris, lors des championnats de France de trail, un titre est attribué pour le format court et un pour le long. L’histoire paraissait déjà bien difficile à comprendre…Pourtant il existe une troisième discipline qui vient un peu plus brouiller la vision des novices. Le kilomètre vertical a le droit lui aussi à son championnat et à son champion de France. La pratique reste globalement la même : courir en montagne. Cependant, ici, le défi qui se dresse aux athlètes est celui de parcourir 1000m de dénivelé positif en moins de 5km maximum. Les pentes sont au-delà de 20% d’élévation par conséquent les bâtons sont autorisés.

Vers une discipline commune ?

Force est de constater, ces disciplines ne rendent pas la vie simple à tous les novices et parfois même aux athlètes. Un traileur peut très bien être performant en course en montagne. Tout comme un montagnard peut se montrer excellent sur un kilomètre vertical. Le casse-tête du choix des courses s’invite sur le calendrier compétitif des athlètes. Finalement, l’incohérence fait surface au niveau international. Des championnats du monde de trail en mai, des championnats d’Europe de course en montagne en Juin et des mondiaux de course en montagne clôturent l’année tantôt en septembre tantôt en novembre. Les athlètes ont sonné la tirette d’alarme quand, en 2019 lors des mondiaux, le format trail court était le même que le format long course en montagne (seulement présent à l’international). De ce fait, la WMRA (World Moutain Running Association) et l’association internationale de trail ont discuté d’une éventuelle disparition du format long course en montagne et d’organiser les mondiaux des deux disciplines en même temps.

Alanis Duc
Photographe Freelance

Bourg-Saint-Maurice / Aix-les-Bains, Savoie, France
07.68.26.85.44 – alanis.duc@outlook.com

© Alanis Duc Photographie – 2019
Tous droits réservés. Toute reproduction est interdite sans l’autorisation de l’auteur.