Une voix, mille émotions

Après plus de 30 années passées au poste de commentateur, Patrick Montel,  l’éternelle voix de l’athlétisme tire sa révérence. D’Atlanta à Zurich, de Daegu à Londres, la voix de l’athlétisme a fait vibrer plus d’un téléspectateur. 

Il était une voix

Un silence de cathédrale. A Daegu, les huit meilleurs sprinteurs de la planète vont s’affronter sur le demi-tour de piste. Christophe Lemaitre, le “TGV d’Aix-les-Bains” comme il l’appelait, est au couloir 6, Usain Bolt au 3. Nous sommes, pour les plus passionnés d’entre nous, devant notre télévision. L’incomparable duo Montel-Diagana est en place. Le départ est donné. Pendant près de vingt secondes, chaque téléspectateur va vibrer, sentir ses poils se hérisser. Bercé, peut-être même hypnotisé par la voix de Patrick Montel. “Pour l’instant c’est la médaille de bronze ! Bolt, Dix, Christophe Lemaitre, 19″40 record de France certainement explosé par Christophe Lemaitre !” Il y a des voix que l’on n’oubliera pas. Des voix qui ont accompagné plus d’un exploit. 2011, je viens de découvrir Patrick Montel. Daegu n’était qu’un début. Helsinki, Moscou, Zurich, Amsterdam, Londres, Pékin, se sont toutes ces fois où nous avons monté le son de la télé pour vibrer. Patrick Montel ce n’était pas qu’une voix. C’était une passion. L’amour fou entre l’athlète et le journaliste. Une éternelle histoire entre la voix et l’exploit. Patrick Montel, c’était une voix et mille émotions. 

"Alors peut-être"

Comme tout commentateur, Patrick Montel n’a jamais fait l’unanimité. Des pronostics manqués, des points de vues divergents ou encore des sorties médiatiques mal comprises. Zurich 2014. Le stade du Letzigrund se demande encore comment c’est possible. Le 4x400m français féminin vient de réaliser un véritable tour de magie. Patrick Montel, lui, n’y avait pas cru. Du moins, jusqu’aux 150 derniers mètres. C’est ce qui lui a valu des critiques. Injustifiées sans doute, car qui, y avait cru ? Patrick Montel a rencontré d’indénombrables athlètes. De différentes cultures, de différents continents. Alors peut-être… avait-il en lui une connaissance du milieu trop importante pour être compris du grand public ?

Il laisse la voie…ou la voix au duo Pasteur-Boyon. Alors peut-être que sa succession est assurée, mais l’athlétisme va devoir s’habituer, à l’absence d’un unique passionné.

Alanis Duc
Photographe Freelance

Bourg-Saint-Maurice / Aix-les-Bains, Savoie, France
07.68.26.85.44 – alanis.duc@outlook.com

© Alanis Duc Photographie – 2019
Tous droits réservés. Toute reproduction est interdite sans l’autorisation de l’auteur.